[Halifax] — Alors que l’aquaculture prend rapidement de l’expansion à l’échelle internationale afin de répondre à la demande croissante de poissons et de fruits de mer, son développement au Canada est freiné par la polémique au niveau écologique, la confusion au niveau de la réglementation et de la juridiction, ainsi que des questions de sécurité alimentaire.

Pour cette raison, le Atlantic Institute for Market Studies (AIMS) et le Canadian Aquaculture Institute (CAI) ont lancé un projet conjoint visant à améliorer la politique gouvernementale régissant cette industrie et sensibiliser le public sur la pratique de l’aquaculture dans l’Est du Canada et ailleurs au pays. Leur toute première initiative est une conférence intitulée : How to farm the seas : the science, economics and politics of aquaculture (Comment pratiquer l’aquaculture : ses paramètres scientifiques, économiques et politiques). Pour l’occasion, on rassemblera une équipe de spécialistes à l’échelle nationale et internationale afin de clarifier les forces et les faiblesses de l’aquaculture et de discuter des fondements d’une politique gouvernementale raisonnable pour régir l’industrie. Parmi les sujets abordés, on discutera des points suivants:

Comment s’est développée l’aquaculture ailleurs et où se situe le Canada par rapport aux autres pays ?
Quels sont les défis écologiques et sanitaires réels dans le domaine de l’aquaculture et quels sont les outils dont on dispose pour y faire face ?
Pourquoi y a-t-il confusion autour de la politique publique touchant à l’aquaculture et comment peut-on remédier à la situation ?
Pourquoi l’industrie ne répond-elle pas plus efficacement aux préoccupations écologiques et autres qui n’ont peu ou pas de fondement scientifique ?
Quelle place doit occuper l’aquaculture au sein de la vie et de l’économie de nos communautés côtières ?
Quelles mesures concrètes l’industrie, les communautés côtières et le gouvernement peuvent-ils prendre pour assurer la durabilité et la prospérité de cette industrie sur la côte Est ?
Robertson sera parmi les nombreux spécialistes de niveau national et international qui prendront la parole au cours de la conférence, selon le président de AIMS et coprésident de la conférence, Brian Lee Crowley. «Certains des plus grands scientifiques, économistes et spécialistes de politique publique dans le domaine de l’aquaculture seront présents dans l’Île-du-Prince-Édouard en septembre, dont James Anderson, de l’université de Rhode Island, Yves Bastien, commissaire fédéral de l’aquaculture, Tor Horsberg de l’école de médecine vétérinaire de Norvège, Douglas Powell, directeur du projet gestion des risques et communications en agro-alimentaire pour l’université Guelph et Brian Rogers, un spécialiste de renommée internationale en réglementation de l’aquaculture, pour n’en nommer que quelques-uns» de dire Crowley. (La liste des conférenciers qui ont confirmé leur présence est jointe au présent communiqué.)

L’autre coprésident de la conférence, le professeur Gerry Johnston du Altantic Veterinary College de l’Î.-P.-É., affirme que «cette conférence sera indispensable pour les gens de l’industrie, du commerce, du gouvernement, des universités, des médias et autres qui s’intéressent à l’état réel de l’aquaculture aujourd’hui et dans l’avenir.»

La conférence aura lieu les 28, 29 et 30 septembre 2000 au Rodd Brudenell River Resort, à Montague dans l’Î.-P.-É. On peut s’inscrire à compter du 1er juin 2000. De plus amples renseignements sont disponibles dans le site Web de AIMS (www.aims.ca).

 

-30-

Pour de plus amples renseignements, contactez :

Brian Lee Crowley, président de AIMS, (902) 499-1998, BrianLeeCrowley@aims.ca

Gerry Johnston, professeur, Atlantic Veterinary College, UPEI : (902) 566-0853 gjohnson@upei.ca